Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Les oubliés du déconfinement

Par Robin Le Gal | 18 Juin 2020

Les personnes atteintes de déficience visuelle délaissées en cette période de crise.

Depuis la fin du confinement, les transports en commun sont régis par de nouvelles règles sanitaires qui bousculent les habitudes des déficients visuels. Comment ces changements les affectent-ils et remettent en question leur autonomie ? Existe-t-il des solutions pour éviter l’isolation ?

photo siège de bus

Après presque deux mois de confinement, les Français retrouvent la liberté de sortir de chez eux. Une liberté cependant restreinte par de nombreuses nouvelles règles sanitaires qui redessinent l’environnement urbain.


Les mesures de distanciation sociale sont omniprésentes dans les transports en commun d’Île de France : le port du masque est obligatoire, la distance d’un mètre entre chaque personne est matérialisée par des autocollants, etc…


Toutes ces mesures ont donc de quoi rassurer, chacun peut se déplacer et effectuer ses achats quotidiens en sécurité grâce à des règles sanitaires pertinentes.


Mais sont-elles pertinentes pour tout le monde ?
Comment se repérer lorsque le sens de la vue ne peut être utilisé ?


Et si nous tentions de nous mettre à la place d’une personne déficiente visuelle ? Comment être certain de ne pas s’asseoir sur un “siège interdit”?


Les personnes atteintes de déficience visuelle seraient-elles les oubliées du déconfinement ?


Se repérer dans un environnement qu’ils ne peuvent plus toucher devient, pour beaucoup, un parcours du combattant.


Valérie par exemple, ne parvient plus à se diriger dans son supermarché habituel car le nouveau sens de circulation a fait voler en éclat ses habitudes.


Julien, lui, explique que le déconfinement lui a fait perdre une partie de son autonomie, il ne peut plus faire les courses seul n’ayant plus le droit de toucher les produits. Désormais, il demande sans cesse de l’aide dans les transports en commun pour savoir s’il respecte les distances minimum avec les autres.


Ainsi, bien que certains témoignages soulignent la solidarité en cette période compliquée, c’est souvent la solitude et le désarroi qui transparaissent. Certains se voient refuser l’entrée des magasins, d’autres sont la cible de critiques quand ils ne respectent pas la file d’attente. Beaucoup confient leur embarras à l’idée de solliciter l’aide de personnes qui se montrent de plus en plus distantes.


Ces attitudes ne sont pas sans conséquence. Le repli sur soi et la peur de sortir sont le nouveau quotidien de certains déficients visuels. Ces derniers peuvent se montrer plus sensibles aux risques car leur manière d’appréhender le monde s’effectue par le toucher. Les récentes règles sanitaires semblent donc efficaces mais inadaptées à tous.


Quelles sont les solutions proposées ?


Il est important, en ces temps difficiles, de ne laisser personne de côté et en particulier les personnes déficientes visuelles.


Alors que les associations essaient de sensibiliser le public à la nécessité de l’aide qu’il peut apporter aux personnes aveugles et malvoyantes, un malaise s’est tout de même installé.


Aujourd’hui, c’est également la technologie qui tente de répondre aux nouveaux besoins des déficients visuels. Grâce à l’intégration d’algorithmes d’intelligence artificielle sur nos smartphones, nous avons maintenant la possibilité d’appréhender notre environnement sans le toucher.


Dans ce cadre, la start-up EZYMOB s’est mobilisée en ce temps de crise pour développer l’application “ CoroVise” aidant à respecter la distanciation sociale dans les transports.


Elle a pour but de redonner de l’autonomie aux déficients visuels et les aider à se repérer dans ces nouveaux espaces réorganisés.

Le principe est simple : l’application “scanne” les sièges afin d’indiquer à l’utilisateur s’il peut s’y asseoir ou non.

  • Ce dernier place son smartphone en face du siège comme s’il le prenait en photo.
  • Si le smartphone vibre, émet un son et affiche une croix rouge, l’utilisateur est en face d’un siège interdit : il ne peut pas s’asseoir.
  • Si le smartphone ne lui envoie aucun signal, il peut s’asseoir !

gif utilisation du mode détection de l'application pour un siège libre dans un bus

Le voyageur peut utiliser l’application sur le quai, dans le RER, dans les bus ainsi que dans le métro parisien. A terme, l’application vise à être déployée sur tous les territoires en France.


Cela facilite donc le nouveau quotidien des personnes déficientes visuelles qui peuvent, grâce à ce système, se repérer seules.


L’application est encore en cours de développement. L’équipe Ezymob souhaite la finaliser en collaboration avec des utilisateurs et les opérateurs de transport afin de répondre à une problématique actuelle avec rapidité et pertinence.



Ezymob est une application aidant les personnes déficientes visuelles à se repérer dans les transports en commun. Afin de garantir l’accessibilité des transports à tous, nous co-construisons nos solutions avec notre communauté d’utilisateurs. Si vous voulez nous aider et faire partie de l’aventure vous pouvez vous inscrire ici : Lien d'inscription


Logo Ezymob

ezymob

Nos solutions

Qui sommes-nous ?

Nos prix

Notre actualité

CONTACTEZ-NOUS

43 avenue de l'Europe

78 140 Vélizy-Villacoublay

FRANCE